header img

Chateau Labégorce

Le domaine de Labégorce occupe une place de choix dans l’aire de la célébre appellation Margaux. C’est un des plus anciens vignobles du Médoc.

Gorce (ou Gorse) est un nom, très ancien en guyenne, qui s’est répandu dans tout le Médoc au Moyen Age.
Plusieurs familles Gorce ont habité pendant des siècles à Margaux et dans les communes voisines.

Cette grande propriété, contiguë aux Châteaux Margaux et Lacombes est citée dans l’édition d’Edouard Feret de 1868 qui relate depuis 1332 l’existence des terres de « La Maison Noble de La Bégorce ».

Le Château Labégorce est présenté comme étant : « …Un des plus beaux et mieux situés sur la commune de Margaux ». Carte de Margaux
Vue aérienne de Margaux
Le long de la célèbre « Route des Châteaux », cet élégant château néoclassique émerge de ses vignes situées sur le plateau de graves du Moulin.

Après la Révolution, le fief a été divisé , la famille « Gorce » en a reçu une partie, l’autre partie appartenant à diverses personnes, principalement WELTENER-VASTAPANI, Sieur CAPELLE….

Le projet de construction du château a été réalisé par le célèbre architecte Corcelles (1765-1843) dans le style LOUIS XVI.
Au cours de cette période, en 1821, Elisabeth WELTENER, veuve de Jean MARCELLIN BERNARD, était propriétaire du Château LABEGORCE. C’est un peu plus tard que SIEUR CAPELLE prit possession du domaine en 1832. Château Labégorce Margaux – La clef
En 1865, Monsieur Fortuné BEAUCOURT devint propriétaire du Château LABEGORCE en investissant la somme de : 224 000 francs or et acquit son bien à la barre du tribunal de BORDEAUX. En 1918, Labégorce est racheté par la famille Rooryck et maintient la réputation du cru. Puis il fut vendu à la famille Condom.
Exploitation vue du Château Labégorce Margaux
C’est ainsi que Labégorce vint à nouveau à changer de main en 1989, des lors pris en charge par Hubert PERRODO.

Margaux

L’appellation Margaux s’étend sur 1 336 hectares à partir desquels 79 viticulteurs produisent du vin d’appellation Margaux. Son terroir est composé de graves situées exclusivement sur la moyenne et basse terrasse. L’appellation, qui s’étend sur cinq communes, est la seule où l’on trouve toute la palette des vins, du premier grand cru classé aux cinquièmes.

Les cépages employés sont :

  • Le Cabernet Sauvignon
  • Le Cabernet Franc.
  • Le Merlot
  • Le Petit Verdot
  • Le Malbec

Vignoble – Cépage

Le Merlot et le Cabernet Sauvignon en représentent la part la plus importante.

Le Merlot d’origine relativement récente, XVIIe ou XVIIIe siècle, est très représenté en Bordelais. Il donne des vins ronds, moelleux et très bouquetés, avec des parfums de fruits.

Le Cabernet Sauvignon est, quant à lui, originaire du Bordelais. Sa peau épaisse donne un vin tannique de très longue garde mais qui demande du temps pour s’arrondir. Ses arômes dominants sont le cassis, la réglisse et les fruits mûrs.

On a coutume de dire des Margaux qu’ils sont « les plus féminins » du Médoc, mettant ainsi l’accent sur leur délicatesse, leur souplesse et leurs arômes fruités et élégants.

Cela n’entrave pas leur bonne aptitude au vieillissement bien au contraire. Le terroir relativement maigre leur conférent des tannins qui favorisent leur longévité.

L’autre caractéristique de ces vins qui unissent sève élégante, subtilité et consistance, c’est leurs diversités et leurs personnalités. Au delà de leurs « corps commun », ils offrent d’exceptionnels bouquets, de goûts fruités, qui s’expriment différemment d’un château à l’autre.

Château Labégorce Margaux

C’est à l’occasion de l’exposition universelle de 1855 que les crus Bordelais furent classés par le syndicat des courtiers en vins de Bordeaux.

Ceci répondait au souhait de Napoléon III, qui voulait un système de classement des vins qui seraient dégustés au cours de l’exposition. Cette classification officielle des vins de 1855 n’a pas été assise sur une compétition, mais tout simplement sur une évaluation par des courtiers de la Place. Cette classification par niveau, fut basée sur le prix des châteaux et leur réputation. La réputation faisait le prix loin des règles actuelles de l’offre et de la demande. Les vins furent classés de 1er au 5 ème cru.

Parmi les rouges classifiés, tous sont des châteaux du Médoc, à l’exception du Château Haut-Brion qui est un Graves.

Les Saint-Emilion et autres Pomerol en sont donc exclus. Depuis cette date lointaine, seul le Château Mouton Rothschild a changé de catégorie passant de 2ème à 1er cru classé en 1973. Ce classement fut d’abord confirmé en 1964, puis revu en 1973 avec l’apport d’un cru du Médoc